Aimez Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
les pharisiens,
apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens,
se réunirent,
et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus
pour le mettre à l’épreuve :
« Maître, dans la Loi,
quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit :
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu
de tout ton cœur,
de toute ton âme et de tout ton esprit.
Voilà le grand, le premier commandement.
Et le second lui est semblable :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements
dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »

Mes frères, mes sœurs,
Lorsque je dis « Dieu », à qui pensez-vous d’abord? Et qui priez-vous surtout?
Peut-être me répondrez-vous : je prie Dieu. Très bien! Mais encore? Expliquez-moi…
Car comme chrétiens, le Dieu Trinité est au cœur de notre foi. Le Dieu Père, Fils et Saint-Esprit est au cœur de notre foi. Peut-être priez vous plus spontanément le Père, peut-être priez vous plus spontanément Dieu le Fils : Jésus, et peut-être aussi êtes vous accoutumé à invoquer le Saint-Esprit dans vos journées….

Dieu s’est révélé à Abraham et à ses descendants, les Hébreux, les Juifs. C’est Dieu Le Père. Mon père l’appelait souvent : « le grand Maître » et je n’ai jamais osé lui demander explicitement où il avait pris cette expression, mais je soupçonne que ça venait soit de son père ou même de son grand-père Philibert. On voit Dieu comme un maître, et je pense que spontanément c’est une attitude ressentie par un grand nombre de peuples et de personnes. Les Juifs le voyaient comme un Père, bien sûr, mais aussi comme le Tout-Puissant. Les musulmans le voient comme un maître. Ils vont bien l’appeler le Miséricordieux. Néanmoins la note dominante de leur foi est la soumission, puisque c’est la signification du mot Islam. L’être humain doit se soumettre à Dieu, et peut-il aimer Dieu, à l’intérieur de cette religion? Dieu est au dessus de tout, et même de notre amour.
Pensons aussi aux sceptiques, aux athées et aux libre-penseurs. Quand ils contestent l’existence de Dieu, qu’est-ce qu’ils visent au juste? Ils ne pensent pas d’abord au Christ, mais Ils pensent à Dieu le Père, ou bien ils pensent à ce grand Architecte qu’on leur a présenté, ou encore excusez-moi d’employer un terme de philosophie : au démiurge qui aurait tout organisé la matière. Il y a trois cents ans Voltaire a commencé par contester la Bible, l’église catholique, et même il est un rares hommes à s’être attaqué à st François d’Assise. Une fois cette contestation faite, il ne restait plus à ses successeurs que de remettre en cause le Dieu des philosophes. Comme ça s’est fait au XIXe siècle.

Or, même dans la révélation au peuple juif, Dieu se révélait non pas seulement comme un maître, mais aussi comme le Dieu compatissant. « Ne retiens pas la manteau de ton prochain, dit le Seigneur, car si ton prochain crie vers moi, je l’écouterai car moi je suis compatissant. »

Et lorsque Dieu le Fils se révèle, à plus forte raison le visage du Dieu compatissant va se révéler avec tellement plus de clarté.

Dieu marche au même pas que nous. C’est Jésus. Les scribes et les saducéens de son temps n’ont pas accepté Jésus comme le Fils de Dieu, et les scribes d’aujourd’hui, ne le reconnaissant pas non plus.
Il y a même des gens pour nier que Jésus ait réellement existé il y a deux mille ans, sur la terre de Palestine. Cette position est assez rare mais elle existe. Un athée français, qui s’appelle Michel Onfray, par exemple. C’est curieux quand même qu’on ne conteste pas l’existence de Bouddha, quelques siècles avant le Christ. Mais passons….
Pour ma part, quand je pense au Seigneur, je pense souvent à Dieu le Fils, je pense souvent au Seigneur Jésus. Nous sommes des êtres humains qui vivons dans la matière, et nous ne pouvons pas penser sans nous servir d’images. De quelle image se sert-on lorsque l’on pense à Dieu le Père ou bien à Dieu le Saint-Esprit?….Dieu n’a pas de corps. Miséricordieusement, le Fils de Dieu a bien voulu s’incarner, c’est-à-dire se faire homme, et il a pris un visage humain et nous pouvons le prier et l’aimer.
Car Dieu est digne d’amour, nous rappelle Jésus. Et comme nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu, nous sommes le prochain de Dieu. Jésus nous rappelle d’aimer notre prochain.

De ne pas lui faire de tort, bien sûr. Mais Jésus nous appelle à plus encore. A l’aimer comme nous-mêmes. C’est-à-dire que nous devons aimer notre prochain de tout notre cœur. Si nous aimons notre prochain, nous allons pardonner à ceux et celles qui nous offensent.

Le pardon est certainement à l’intérieur de ce « Aime ton prochain comme toi-même ». Et comme illustration de cette parole, il n’y a rien de mieux que de souvenir de ce que saint Paul a écrit lui-même sur l’Amour, l’amour de Charité, l’amour qui se donne.
Jésus a enseigné sur l’Amour, et les touts premiers chrétiens ont recueilli son message et l’ont fait leur. Au premier chef saint Paul. Saint Paul nous trace tout un programme concernant l’Amour dans sa première lettre aux Corinthiens.
« L’amour est patience, l’amour est bienveillance, l’amour n’est pas jalousie.
Il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’importance, ne blesse pas, ne cherche pas son intérêt, ne tient aucun compte du mal.
Sa joie n’est pas l’injustice, sa joie c’est la vérité.
Il couvre tout, il fait toute confiance, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne tombera jamais. »

Ce Dieu que nous prions demandons de mieux le connaitre et mieux l’aimer, et demandons au Seigneur de mieux aimer notre prochain, de lui manifester la patience et la bienveillance, et la charité. Jamais nous n’aurons fini de progresser dans le domaine de l’Amour, le véritable.

L’amour doit se vivre partout. Dans vos familles, entre époux, combien d’occasions de se témoigner de la patience et de la bienveillance, ainsi que le dit saint Paul. Qui peut être plus prochain de nous que l’homme ou la femme que nous avons épousé? Il n’y a pas de plus grande proximité, vous le savez bien. Et pourtant il ne faut jamais prendre pour acquis la relation en couple, et surprendre un jour ou l’autre notre conjoint par une attention, un sourire quelque chose de plus qui augmente notre bonheur d’être ensemble. Dalida, dans une chanson, invitait son époux à laisser ses cigarettes et la Télévision pour prendre du temps pour danser ensemble. IL y a parfois de bonnes idées dans la culture populaire.
L’amour du prochain se vit aussi dans avec nos enfants ou nos petits-enfants. De la patience, ça peut très certainement se vivre avec eux. Et de la bienveillance aussi.

Et vous les parents, et les grands-parents, savez-vous quel apprentissage vous pouvez leur donner qui sera bénéfique pour toute leur vie? C’est celui que vos enfants ou vos petits-enfants vous voient ensemble prier. Si les enfants ne voient pas prier leur parents ou leur grand-mère, ce n’est pas vrai que l’école va leur apprendre, même si elle s’appelle catholique.
Ca je peux vous le dire avec beaucoup d’assurance, après six ans d’inter-action auprès des écoles catholiques, l’école n’est là dans le domaine de la foi, que pour appuyer ce que les parents donnent à leurs enfants. Si c’est absent de la vie familiale, vous verrez des enfants rendus en 6e année, et qui ne savent toujours pas leur prière, et les choses les plus simples de la foi.
Et si les enfants voient leurs parents recevoir le sacrement de la réconciliation, ce sera bien plus convaincant pour ses enfants de faire leur premier pardon, ou encore de recevoir le sacrement de la réconciliation pour se préparer à la confirmation.
L’amour de Dieu et du prochain : c’est un sujet inépuisable. Et ce n’est pas dans cette célébration que nous allons épuiser le sujet. Avez-vous lu un jour l’encyclique du pape Benoit XVI Deus caritas est? Dieu est amour. C’est un très, très beau texte sur ce thème de l’amour, de la Charité.

Si vous voulez aller plus loin là-dessus, procurez-vous l’encyclique, et faites-en bonne lecture.
Et si vous n’avez pas le temps de lire, vivons bien dans l’amour, dans la charité. St Jean de la Croix disait : « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’Amour ». Amen.

octobre 29, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *