La question de l’heure en France.

Certaines personnes sont uniquement préoccupées par leur petit coin de pays. Tout ce qui compte, c’est ce qui arrive au Texas, par exemple. (C’est un pur exemple : je ne connais aucun Texan).
Plusieurs personnes sont préoccupées par la planète dans son ensemble. Je suis de ceux là. Je suis l’actualité internationale, enfin, ce que nos médias nous en répercutent.
Ces toutes dernières semaines, un mouvement social a balayé la France : les gilets jaunes. Une contestation en règle des hausses de taxes sur les carburants. D’autres demandes se sont greffées. Et le slogan le plus souvent écrit sur ces gilets jaunes : « Macron démission ».
Il y a plusieurs choses que je peux dire là-dessus.
Un psaume dit : « Ne mettez pas votre confiance en des mortels! » Comme nous sommes en démocratie, et que c’est le moins mauvais des régimes, quoi qu’en ait dit Platon, nous sommes bien obligés d’essayer de trouver quel est le meilleur, ou bien….le moins mauvais.
Il y a bien peu de temps, on a vu la montée au firmament de Emmanuel Macron. Était-ce le sauveur de la France? On voit bien que non. Pourquoi se laisse-t ’on si facilement fasciner par des hommes politiques?
On donne facilement le rôle de messie à certains hommes politiques. Je me souviens de la fascination qu’avait exercé sur son peuple Bertrand Aristide, président de Haïti auparavant prêtre salésien. On le voyait comme le sauveur de son pays.
Ce messie là n’a pas changé grand-chose à la situation de son pays. Il faut toujours se soucier de ne pas idolâtrer les hommes politiques.
Évidemment, la situation de la France n’est vraiment pas celle de Haïti, mais le constat est le même : je crois qu’on a idéalisé le changement politique que faisait advenir Macron.
En quelques mois, sa popularité a piqué du nez.
Ensuite, parlons de la principale revendication des gilets jaunes.
La taxe sur les carburants. Est-ce que cette taxe ferait vraiment une différence au niveau de préserver la planète? La question est ouverte.
C’est moins difficile de se priver de voiture dans une ville qu’à la campagne ou dans un village. Et même pour les gens qui sont en ville, comment fait-on l’épicerie sans voiture? On peut se faire livrer désormais ses commandes d’épicerie.
On peut comprendre que des gens ordinaires disent : on donne beaucoup, on est surtaxé, on est oublié, etc.
Pourtant, si un gouvernement est le moindrement sérieux dans son engagement pour la planète, il ne peut que tenter des mesures pour limiter la multiplication des voitures à essence.
Et tout dernièrement, le mouvement des gilets jaunes a pris une tournure dramatique et déplorable à Paris.
Des jeunes casseurs sillonnent les rues, cassent les vitrines, brûlent des voitures, saccagent l’arc de Triomphe, beaucoup de violence est exercée, etc.
Quel gâchis lamentable!
J’ose espérer que les gilets jaunes ne feront pas encore une autre manifestation à Paris ce prochain samedi.
Le dernier point que je voudrais souligner de ce mouvement, c’est son leadership insaisissable.
Je suis bien loin de tout ceci et je l’admets. Toutefois, je sais bien que tout ceci a pris naissance grâce à Facebook. Des gens ont fait des posts Facebook et le mouvement a fait boule de neige, jusqu’au moment où le mouvement a procédé à des blocages et à des péages gratuits (ça, c’était plutôt sympathique, car Dieu sait qu’il y en a des péages en France!)
Pour moi, quand Facebook sert de porte-voix politique à n’Importe qui (tels des néo-nazis) on dénature ce réseau social.
Facebook doit servir pour des relations amicales! Si on s’en sert….
Que Notre-Dame, patronne de la France, et tous les saintes et saintes françaises prient pour la France.

décembre 4, 2018