Le téléphone

Quel drôle de titre, n’est-ce pas? La semaine dernière je parlais de la Parole de Dieu, qui est éternelle, pourquoi donc un titre pareil?
En fait, le christianisme est bien incarné, c’est-à dire que le Christ et son enseignement de vie nous rejoint dans le concret de nos vies et de nos journées. Nous ne sommes pas encore rendus dans la vie éternelle….Et Dieu nous a donné une intelligence pour que nous puissions réfléchir à ce qui se passe autour de nous.
Lorsque je réfléchis à la vie actuelle, et que je revois mon enfance, il m’arrive parfois sur certains points d’avoir l’impression d’avoir grandi dans un contexte tellement ancien. Et pourtant : non. On ne fait que reculer que de 40 à 45 ans plus tôt.
Dans mon village de Kingsbury, on ne grimpait pas dans un poteau de téléphone pour y répondre comme dans l’émission humoristique Les arpents verts. Toutefois, chez mes parents, il n’y avait qu’un téléphone blanc à cadran, situé en plein milieu de la maison. Aucune prise de téléphone dans les chambres, comme ça se faisait déjà à l’époque dans bien des maisons.
Sur des points, mon père était très conservateur dans ses habitudes. Pour lui, le téléphone, c’était un appareil dont il aurait pu se passer. Rien de tel qu’un rassemblement dans son garage pour communiquer. Il avait été garagiste et le garage, sa shop était une institution dans son petit, tout petit village.
Et dans le fond, est-ce que ce n’est pas encore la communication de personnes en chair et en os qu’il faut privilégier? N’est-ce pas le plus important?
Les téléphones cellulaires sont apparus pour le meilleur….et pour le pire.
Tout le monde a compris d’emblée les avantages du cellulaire. Si on tombe en panne, si on est mal pris, etc. (Est-ce que l’on tombe si souvent en panne?) Mais Enfin, les cellulaires ont pénétré dans nos foyers et nos communautés, et sont là pour rester. Essayons d’en garder le contrôle, toutefois.
Surtout avec les smartphones ou téléphones dits intelligents (depuis quand un téléphone est-il intelligent?), je constate que les gens s’intéressent souvent plus à leur téléphone, à leur « bidule » qu’aux personnes qui les entourent. Lors d’une réunion de famille, ou surtout d’une réunion tout court, qui n’a pas vu une personne qui pianote sur le téléphone, pour texter ou regarder ses courriels? Par simple respect des gens qui nous entourent, ne peut-on renoncer à exhiber son téléphone dernier cri lorsque d’autres personnes s’expriment et tiennent une conversation ? « Aime ton prochain comme toi-même », il me semble que le respect des autres fait partie de l’amour du prochain.
Dans la course aux ventes qui caractérise notre société, les téléphones sont devenus autant de caméras ou d’appareil photo en puissance.
Jusqu’à notre pape François qui en a pris note! Évidemment. Tout le monde veut avoir sa photo du pape. Le pape François a fait remarquer qu’à la messe, nous disons : « Élevons notre cœur! » Et non pas : « Levons nos téléphones pour prendre des photos » et de déplorer que des prêtres, et même des évêques se livrent à ce sport.
J’applaudis à ce que dit notre pape François. Nous qui sommes chrétiens, mais a fortiori si nous sommes prêtres, devrions toujours prendre conscience du caractère très précieux de ce que nous vivons lorsque le pain devient le corps du Christ et le vin devient le sang du Christ.
La plus grande abstinence est de mise à l’église en ce qui concerne l’usage du téléphone, et nous devrions réfléchir à deux fois sur l’usage que nous en faisons ailleurs. Est-ce que notre communication est vraiment utile à nous-mêmes et aux autres, ou bien est-ce seulement pour fuir ce qui nous entoure?

novembre 25, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *