Les vierges prévoyantes et insensées

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : Le Royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. (….) Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

(Mt 25, 1-13)

Mes frères, mes sœurs,
Jésus nous parle aujourd’hui d’attente, à travers cette parabole. Des quatre évangélistes, saint Mathieu est le seul à nous raconter cette histoire de noces, et à travers une mise en scène d’épouses pourvues de lampe. Nous avons quatre évangiles, et chacun des ces évangiles a une façon particulière de nous raconter l’histoire de Jésus. Chacun de ces évangélistes rapporte les propos de Jésus avec sa façon particulière, et son attention particulière.
Donc, connaître les quatre évangiles ne peut que nous apporter beaucoup de bien. Connaitre les évangiles nous plonge au cœur du Nouveau Testament, l’héritage que Jésus nous donne, et nous plonge au cœur de notre foi. Ici nous avons des enfants qui vont grandir. Or, quel que soit notre âge, nous sommes tous et toutes appelés à grandir.
Cette histoire des dix jeunes filles nous livre un message et nous incite au courage, à la persévérance et à ne pas nous laisser aller à l’abattement.
Mes frères, mes sœurs, il peut arriver dans nos vies que le baromètre de nos vies soit au beau fixe. Mais en général, cela ne dure pas très longtemps. Qui de nous ne connait pas un jour ou l’autre un échec? Et si nous n’avons pas des échecs à chaque année, nous connaissons des déceptions, ou bien des inquiétudes, ou bien certaines anxiétés…..Ceci est normal.
Mais dans nos vies, nous sommes appelés à ne pas nous assoupir, à ne pas nous laisser tomber dans la torpeur.
Comme ces jeunes filles de la parabole. Elles ont le plus beau des époux, elles ont Jésus lui-même! Quel meilleur mari à désirer, mesdames et messieurs! Alors qu’on dit parfois, que les dames aiment se faire désirer, ici, c’est l’époux qui tarde et retarde. Et comme c’est la nuit, et comme en ce temps là, on n’avait pas d’éclairage électrique pour transformer la nuit en jour, toutes ces jeunes filles s’endorment.
Ici, le sommeil peut être synonyme d’un certain abattement, d’un certain découragement. Parfois ne sommes-nous pas témoins que le découragement peut aller jusqu’à la limite du désespoir?
Et c’est pourquoi il ne faut pas que dans nos lampes ne manque jamais l’huile. Chaque jeune fille a sa lampe, et doit s’éclairer. Mais certaines ont de l’huile et d’autre pas. Que signifie cette huile? Que devons-nous comprendre?
Dans la nuit de notre existence, dans la nuit de nos doutes, dans la nuit de nos questionnement, dans la nuit de ce qui nous tracasse, dans la nuit de nos deuils, nous faisons face tous un jour ou l’autre à des moments obscurs, alors, nous avons besoin d’une lampe pour nous donner de la lumière dans ces moments difficiles que nous traversons.
Quelle est cette huile qui pourra alimenter notre lampe?
Jésus ne le dit pas explicitement. Certains y voient la foi dont nous avons besoin pour avancer dans la vie.
Moi, je dirais surtout : « l’espérance ». Bien sûr que la foi ne contredit pas l’espérance, et l’une suppose l’autre, mais dans nos difficultés et dans nos découragements, nous avons besoin d’espérer que Dieu notre Père va nous tendre la main pour nous aider dans nos difficultés.
L’espérance! Oui, c’est la confiance que Dieu notre Père nous aide. Mais il nous fait être assez humbles pour demander son aide et sa grâce, il faut être assez humbles pour reconnaître que nous sommes dépendants de Lui. Étonnamment , le Seigneur nous demande de croitre dans l’humilité, de reconnaitre facilement nos bons cotés, mais aussi nos faiblesses.
l’espérance aussi, c’est d’attendre avec confiance que Jésus-Christ notre Époux viendra nous recevoir dans la salle des Noces éternelles. L’Espérance, nous fait aspirer à quelque chose de mieux et de plus grand que notre terre.
Oh….bien sûr, depuis longtemps nous savons qu’on accuse cette espérance d’être une fuite, devant la misère de notre terre,
Entre autres choses, et j’ai l’impression de faire de l’archéologie en rappelant ceci; Karl Marx, ce penseur révolutionnaire, disait que l’espérance est un bonbon pour aider les pauvres et les miséreux à accepter leur condition.
Que l’on doive s’attaquer aux injustices sur la terre, nous sommes d’accord, et le pape François est bien d’accord, à tel point que certaines personnes aux États-Unis l’ont accusé d’être un sympathisant communiste.
Il n’en demeure pas moins que si notre espérance est seulement pour cette terre, eh bien! Mon espérance s’écroulera dès que je verrai poindre la fin de ma vie.
Nous croyons que nous ne sommes pas faits uniquement pour la terre. Dieu merci! Nous espérons que Dieu va nous ressusciter et nous amener avec lui dans la vie éternelle, pour toujours.
Nos pauvres mots ne peuvent réellement nous faire saisir la grandeur et la beauté de ce qui nous attend, si nous sommes fidèles au Seigneur, et si nous faisons provision sur cette terre de foi et d’espérance. Ayons confiance.
Amen.

novembre 14, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *