Mon premier séjour à Assise

 

Il y a une vingtaine d’années, j’ai eu l’opportunité de faire mon premier voyage international qui a consisté en trois semaines à Assise dans le cadre d’un projet vocationnel piloté par les missionnaires des saints apôtres. Vocationnel? C’est-à-dire visant à faire réfléchir les jeunes hommes et les jeunes femmes sur leur avenir et sur l’appel qu’ils ont reçu de la part de Dieu.

Il y avait des groupes qui partaient soit en mai, juin ou juillet. On nous avait dit que l’été était bien chaud à Assise et je l’ai constaté cette année même. Alors, à l’époque, j’étais parti en septembre. Seul! A l’aube de mes trente ans, n’ayant jamais pris l’avion encore de toute ma vie, j’avais bien précisé d’avoir une place « hublot » afin d’observer le décollage. J’étais très impressionné.

Après un vol, et un passage en train de Rome jusqu’à Assise, je vois enfin se poindre la silhouette du Sacro Convento qui est un repère très visible de la belle ville d’Assise.

En quoi consistait ce séjour? Nous allions loger chez les sœurs de sainte Claire, les Clarisses, qui nous donnaient une chambre et la nourriture qu’il fallait, et en échange, nous passions la matinée à rendre service en travaillant surtout dans leur hôtellerie, et parfois dans leur jardin. L’après-midi, nous étions libres de gambader dans la ville et de nous rendre suivant l’inspiration du moment. Inutile de dire que trois semaines permettent de découvrir la ville et ses Basiliques en profondeur et en beaucoup de détails, que je n’ai pu revoir par la suite.

Voir Assise! Prier à Assise! Se retrouver dans le recueillement devant le tombeau de saint François d’Assise et y prier avec ardeur. A cette époque, le silence n’était pas respecté dans la Basilique, ni même près du tombeau. Aujourd’hui, ça a changé pour le mieux. A ce moment qui nous occupe, j’avais remarqué qu’à l’ouverture du tombeau, à 6h30, que tout était encore silencieux. Pendant toute la dernière semaine de mon séjour, je suis venu y prier à cette heure matinale et j’ai trouvé consolation à pouvoir parler à François et à lui demander son intercession. Je cherchais mon chemin à cette époque, quoique je me sentais bien attaché à la voie franciscaine. A vrai dire, je ne rêvais pas d’autre chose.

Un autre lieu que j’ai affectionné lors de ce stage à Assise furent les Carceri. François d’Assise affectionnait les ermitages. François n’était pas toujours en balade le long des routes. Non! Il y avait plusieurs endroits dans les montagnes où il s’arrêtait quelques semaines ou encore quelques mois pour y faire retraite , prier davantage, se reposer et il ne mangeait guère à ce moment….Or les Carceri sont un de ces endroits éloigné seulement de quelques kilomètres de la ville d’Assise.

Passant trois semaines, j’avais le temps de monter   à pied, et c’est vraiment une montée! Et de passer du très bon temps de prière dans cet endroit tranquille avec un pique-nique préparé par les bonnes sœurs clarisses.

Tout en faisant le travail, j’ai pu voir et entendre les sœurs clarisses et prier souvent avec elles. Le rythme des prières qui épousent souvent celui des repas, me paraissait aller de soi, et j’y éprouvais beaucoup de joie à m’unir à leur prière.

Je garde un souvenir inoubliable de ce premier séjour et je souhaite à toute personne de pouvoir une fois au moins connaitre la ville d’Assise, car elle porte les traces de François et de Claire, deux saints prodigieux et qui ont marqué notre humanité….pour le mieux! Dieu merci.

octobre 13, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.