Nos chers défunts

Novembre nous rappelle infailliblement nos défunts. N’ayant jamais professé d’athéisme ou d’agnosticisme, et ne m’étant jamais éloigné du calendrier liturgique catholique, penser aux défunts m’a toujours semblé aller de soi à ce temps-ci de l’année. Mais même si j’étais tout autre que je ne suis, est-ce que le climat de notre hémisphère Nord n’épouse pas à merveille le tempo liturgique? Cette année, le jour des défunts qui est le 2 novembre s’est caractérisé par une absence de lumière remarquable et une pluie presque constante du matin jusqu’au soir!

Pour ma part, je pense à mon père et à ma mère. Perdre son père ou sa mère, c’est une absence qui ne se remplace pas. Même des années après avoir quitté le toit paternel, je téléphonais régulièrement à ma mère et il me semblait tellement naturel de se parler de tout et de rien, de ce qui leur arrivait, etc. Et j’étais certain de pouvoir compter sur leur prière. Comme ma mère m’avait écrit un jour dans une carte pour mon anniversaire : « On n’arrête pas de prier pour toi! »
Et maintenant….si je parle de la mort, je veux parler aussi de notre propre foi en Dieu. Comme le notait un homme politique québécois, Claude Morin, dans un livre publié il y a quelques années, ce qui est central, c’est de se poser la question si Dieu existe.

Ce n’est pas aujourd’hui que je vais débattre de toute la question, quoique cet auteur semble bien poser les termes du débat. Je note seulement que les athées n’ont pas davantage de preuve irréfutable à nous présenter pour nous convaincre de leur athéisme. Leur ressentiment face aux croyants est souvent leur plus grande preuve! Vous voyez ce que je veux dire…..Les athées font tout autant un acte de foi en leur athéisme.
On sait qu’Albert Camus, ce français né en Algérie, estimait la vie absurde, et croyait que l’homme devait se révolter face à cet absurde.

Or, une fois qu’on a dit la vie : absurde, on n’a rien résolu du tout. D’où vient le monde? Comment se fait-il qu’il y ait un monde plutôt que rien? Que faisons-nous sur terre?
Si nous admettons que Dieu existe et qu’il s’est révélé par son Fils Jésus, nous ne pouvons penser qu’il va nous laisser tomber et que nous disparaîtrons à jamais sans espoir de retour. Comme l’écrit Claude Morin : « Car si Dieu donne aux humains l’existence, la possibilité d’agir et la capacité de se reproduire, ce n’est sûrement pas par erreur ou par caprice, ni dans l’intention de les annihiler peu plus tard. » Dieu est Amour, nous a enseigné St Jean et si Dieu est Amour, il ne nous laisse pas tomber, sûrement pas.

Je pense que la plupart des gens dans le monde d’aujourd’hui essaient de penser le moins possible à ces questions. Je pense que la plupart des gens, lorsqu’ils ne sont pas dans un travail qui les absorbe, essaient de se divertir le plus possible, de toutes les façons.

Toute personne a besoin de détente. Mais cela ne devrait pas être une fuite devant les questions qui comptent, et qui pourraient changer notre vie ou la rendre encore plus signifiante….
Et la mort de ceux et celles que nous aimons, nous les ramènent ces questions essentielles.

Fr. Alix Poulin

novembre 6, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *